/ décembre 11, 2015/ Piloter son activité marketing/ 0commentaires

weback-to-the-roots-at-workL’objectif de tout responsable de tpe/pme est de se développer et pérenniser son activité.
La transformation des usages webmarketing opère un changement profond et inévitable dans tous les domaines qui composent la structure : le management, les achats, la démarche commerciale, la relation client, la communication et le marketing traditionnels, etc. La méthode à suivre pour faire vivre cette mutation au sein d’une tpe/pme passe par une exclusion de certains a priori pour ensuite s’engager plus sereinement sur la voie du changement. Quelques fondamentaux du webmarketing, principes logiques, sont à adopter pour gagner ce pari de croissance qui concernera toutes les dimensions de l’entreprise. Ils seront proposés dans un prochain article ‘’Faire le bon choix du digital dès le départ et franchir le pas’’.

1-Combattre les a priori vis-à-vis d’un projet webmarketing en tpe/pme

– Réaliser sa transformation digitale est une option.

Non, elle est incontournable. Que la tpe ou la pme se sentent concernées ou non, le sujet est actuellement de ne pas subir mais bien d’adapter son organisation et sa façon d’aborder son marché à un nouveau contexte qui, de toutes façons, ne cessera d’évoluer.

– Le webmarketing est réservé aux grandes entreprises.

Non, il est accessible à tout type d’entreprise, de tous secteurs, en particulier et surtout aux tpe et pme. C’est ce qui fait son intérêt et sa force : toutes peuvent bénéficier ainsi de moyens efficaces et faciles à mettre en place, peu coûteux et rentables pour gagner en visibilité et en croissance.

– Rien ne sert de changer une équipe qui gagne et ni une méthode qui a fait ses preuves.

Faux : reconsidérer sa position, c’est rester dans la course. Aucune entreprise, si petite soit-elle, ne peut s’affranchir du digital qui permet de devancer ses concurrents, d’avoir une meilleure connaissance de son environnement et de ses clients, de gagner en visibilité. Camper sur sa position c’est se faire dépasser par ses compétiteurs, prendre le risque de perdre des clients et ne plus être au courant de ce qui se passe sur son marché.

– Faire confiance au bouche-à-oreille, ou à une présence sur une niche, ou à une activité hyper spécialisée est sécurisant.

Non. Cela est insuffisant dans le contexte actuel : le marché évolue, le client est infidèle, le concurrent est déjà digitalisé, les savoir-faire franchissent les frontières, de nouvelles opportunités d’atteindre de nouveaux prospects n’existent que par les outils digitaux.

– Créer ou mettre à jour son site internet suffit à développer l’activité de l’entreprise.

Faux. Déployer sa transformation digitale ne se résume pas à agir sur son site. L’opération est plus complexe mais apporte plus de résultats : elle s’associe à une réelle réflexion stratégique globale d’entreprise intégrant le digital aux autres métiers de l’entreprise (production, commercial, RH, logistique, fonctions support, etc). De plus, il existe d’autres pratiques digitales que la seule gestion d’un site et qui fournissent de nombreux leviers pour développer son activité.

– Un projet digital nécessite des compétences techniques pour aborder des technologies numériques complexes.

Certes, des connaissances et pratiques précises sont nécessaires, mais le sujet ne doit pas être abstrait pour un chef d’entreprise. Les solutions existent en interne, en externe (elles peuvent être proposées et mises en oeuvre par un prestataire en fonction externalisée, dans le cas où le dirigeant souhaite une implication forte).

– Une action digitale donne rapidement des résultats.

Pas automatiquement : il est important d’accorder du temps à la conduite d’un projet webmarketing. Les résultats n’apparaissent pas de suite et quand bien même, ils peuvent conduire à des ajustements, des essais, des abandons.

– Le budget à consacrer à un projet webmarketing est trop important pour une tpe/pme.

Faux, il n’est pas nécessaire de prévoir de lourds investissements. Des solutions au budget raisonnable et aux effets maîtrisés sont toujours envisageables. Par ailleurs, un tel projet n’implique pas un manque de visibilité en terme de ROI de la transformation digitale. Celle-ci ne contrarie pas les capacités d’investissement limitées d’une tpe/pme, puisque l’évaluation de l’efficacité des actions digitales peut s’effectuer instantanément et aisément.

– Un projet webmarketing est une menace importante pour l’organisation de la tpe/pme.

Non, même si le dirigeant peut manquer de repères et s’inquiéter légitimement de l’inconnu. En effet, le changement sera structurant pour son organisation, tant sur le plan humain que sur le plan de ses investissements. Il s’agit d’un projet à vivre ensemble et progressivement dans l’entreprise. De nouvelles pratiques impliqueront peut-être une manière inédite de travailler en interne et avec ses partenaires, ainsi qu’une façon jusque-là inexplorée d’appréhender son marché. Mais la pertinence des apports du digital validera très vite l’intérêt de l’avoir adopté.

Une fois débarrassé des a priori et convaincu qu’il doit opérer la transition digitale de son entreprise, le dirigeant en maîtrisera les tenants et les aboutissants s’il suit les quelques fondamentaux proposés dans notre prochain article ‘’Faire le bon choix du digital dès le départ et franchir le pas’’.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.